vendredi 2 décembre 2011

Russes: Echecs et Mars

LES PIONNIERS DE LA CONQUETE SPATIALE

Premiers à lancer dans l'espace un satellite, le fameux Spounik, en 1957.

Puis premiers à y envoyer un animal, la pauvre chienne Laïka, trouvée dans une rue de Moscou, et qui grillera lors de sa retombée dans l'atmosphère (heureusement, elle était morte de peur un peu avant)

C'était avec Spoutnik 2, seulement un mois après Spoutnik1 !

Et enfin premiers à envoyer un homme dans l'espace, le célèbre Youri Gagarine (c'était en 1961 et il a atterri à 400km de l'endroit prévu avec personne pour l'accueillir), les Russes n'ont pourtant par ailleurs jamais eu de chance avec Mars, la planète rouge.

Un comble d'ailleurs si l'on songe à l'importance du rouge pour cette nation, sa politique, sa langue (красный/-ая signifie à la fois rouge et beau), et son ancien drapeau.

Distancés dans leur course vers la Lune par les Américains, ils se sont rabattus sur Vénus avec un certain succès, c'était l'époque des sondes Venera ( la 4e fut la bonne), dans les années 60

Mais pour ce qui est de Mars, rien.

Mais rien de rien de rien.

Sur 16 tentatives de lancement de sondes spatiales, ...16 échecs.



Certaines au décollage, d'autres en cours de route, et les autres une fois arrivées sur Mars, en descente ou même posées sur place.

Dur.




En 1996, ils essayent encore et lancent toute de même Mars 96.

Nouvel échec, la sonde retombe aussitôt dans l'atmosphère terrestre comme un vulgaire vieux débris ou satellite périmé.


ФУКИНГЬ КРАСНЫЙ ПЛАНЕТЬ

Cinq ans plus tard, en novembre 2011 (il y a seulement quelques jours donc), ils persévèrent et lancent la sonde Phobos-Grunt.

Hélas, ses moteurs principaux devant lui faire quitter l'orbite terrestre ne s'allume pas et les communications avec l'ordinateur de bord sont pratiquement rompues.

Quelques contacts sont établis ces derniers jours, mais toujours rien du côté des moteurs principaux.

Si cela ne s'arrange pas, elle retombera elle aussi dans l'atmosphère très bientôt, en janvier ou février 2012.

De leur côté, les Américains ont globalement plus de réussite, même si l'échec de la sonde Mars Climate Orbiter est encore dans les mémoires.

En effet, un vulgaire problème d'erreur de conversion entre les unités anglo-saxonnes et les unités internationales (le système métrique français d'ailleurs) avait fait qu'au lieu de tangenter délicatement l'atmosphère martienne en phase finale, cette splendide sonde de la Nasa à 130 millions $ s'est fracassé comme une merd une vieille casserole pourrie sur le sol martien.

Les superbes images au sol que l'on connait aujourd'hui de Mars sont en général celles des sondes américaines Viking (1976) ou plus récemment des sondes et robots Sojourner, Spirit ou Opportunity.


Ces derniers, arrivés en 2004 et initialement prévus pour durer seulement 3 mois, fonctionnent encore aujourd'hui en 2011. Enfin surtout Opportuniy, car Spirit a malheureusement perdu l'usage d'une roue en 2006, et a continué quand même courageusement à travailler jusqu'en mars 2010.

Fin d'après midi d'automne sur le site de Spirit,
près du mont Husband Hill, qu'il a exploré en 2005


Les superbes survols en haute définition de la planète rouge viennent souvent de la sonde européenne Mars Express (100% de réussite pour l'Esa...) , qui a notamment étudié la présence d'eau sur Mars.

Lac gelé dans un cratère.


MARS EN AOUT

Cette fois la Nasa vient de lancer Curiosity en direction de Mars, et pour l'instant tout va bien.

Ce rover de la taille d'une Twingo arrivera sur Mars en août 2012 et on espère qu'il fonctionnera au moins une année martienne afin d'y chercher des traces de vie.


Si ça se trouve, il fonctionnera que 3 mois...

Un atterrissage risqué
Curiosity doit atterrir sur Mars en août 2012. Pour déposer son robot de 800 kg sur la planète rouge, les ingénieurs du JPL ont choisi d'innover.
Contrairement à ses prédécesseurs Sojourner (1997) et Spirit et Opportunity (2004), Curiosity ne sera pas parachuté au sol en étant protégé par des airbags.
Après une descente en parachute, puis contrôlée par rétrofusées, l'engin sera hélitreuillé jusqu'au sol (voir la vidéo ci-dessous). Une première risquée comme le montre cette simulation

Vidéo en meilleure définition sur Ciel et Espace



video



Survol de Mars avec les relevés de Mars express:

2 commentaires:

Anonyme a dit…

ça me fait penser qu'il y a un article intéressant sur les satellites, sondes et robots qui font des "heures sup" dans le science&vie de décembre ; ce qui m'a le plus marqué c'est que la sonde Voyager1 (US) qui a débuté sa mission en 1977 pour une durée prévue de 3 ans fonctionne toujours. Elle était chargée d'étudier Jupiter et Saturne, puis elle a été dirigée hors du système solaire : actuellement à 17 milliards de km de la Terre, on capte toujours son signal !

Pierre

Anonyme a dit…

Exact.

Et il y a aussi les deux sondes Pioneer qui sont maintenant au dela de Pluton, avec une trajectoire anormalement décalée par rapport à la trajectoire théorique.

Je ferai un post la dessus prochainement, ainsi que sur les messages (dessins, disque avec musiques, etc..)qui ont été embarqués sur les sondes Pioneer et Voyager, à destination d'éventuels extra terrestre !

MI