jeudi 8 décembre 2011

Kepler 22

Ces derniers jours, les médias ont un peu parlé de la découverte d'une nouvelle exoplanète nommée Kepler 22b (Kepler 22 (a) est le nom de son étoile) et Kepler est le nom du télescope spatial chargé de détecter des nouvelles exoplanètes.

Depuis son entrée en service en 2009, il en a déjà trouvé beaucoup mais assez peu vraiment comparables à la Terre.

C'est-à-dire en fait 2.326 dont 207 auraient approximativement la taille de la Terre (mais pas forcément situées dans la zone habitable), 680 seraient des superterres, 1.181 seraient comparables à Neptune alors que 203 ressembleraient à Jupiter ou seraient plus grandes, pour 55 autres.

Celle dont on parle est assez petite et est située dans cette fameuse zone habitable: c'est-à-dire ni trop chaud ni trop froid.



De l'eau liquide pourrait donc s'y trouver, ce qui impliquerait une possible forme de vie à sa surface ou dans son atmosphère.

La plupart des médias ont agrémenté leurs articles de superbes photos comme celle ci-dessus, montrant Kepler 22b à gauche, avec son satellite naturel, et enfin Kepler 22 à droite, une étoile un peu moins chaude que le Soleil.


Aussi, Raiateabac est fier de carrément présenter en exclusivité mondiale deux vidéos du survol de la fameuse planète Kepler22b

1°) Branchez le casque ou les haut-parleurs, tant qu'à faire.




2°) Survolez:


PPL 2 from Stephen P on Vimeo.



Procedural T2 Planet from Stephen P on Vimeo.


Hélas, mille fois hélas, la réalité est un peu différente.

1°) Premièrement, la première image de l'article n'est qu'une simple vue d'artiste, (ce qu'oublient très souvent de préciser les médias dans leurs articles) et les deux vidéos qui suivent n'ont évidemment rien à voir avec Kepler 22-b. Comment un tel survol de cette très lointaine planète serait-il possible avec la technologie d'aujourd'hui ?

La plupart du temps, les images et vidéos montrées au public dans ces cas là sont des simulations, des images ou vidéos d'artistes.

Là, vous aurez bien sur reconnu la touche Terragen.

En fait, c'est Terragen 2 qui a été utilisé ici; bien plus puissant que le Terragen que je vous avais montré, et les deux vidéos sont de Stephen Pryor et visibles ici.

Les seules images dont les scientifiques disposent sont en fait de ce genre:

.. et ça fait bien moins rêver déjà.

Mais pour les astronomes professionnels, c'est quand même le bonheur.

Ces graphiques de transit et d'occultation montrent que Kepler 22-b passe devant son étoile tous les 290 jours donc qu'une année là bas dure 290 jours terrestres.

Ensuite, la luminosité et l'étude du spectre de l'étoile Kepler 22 montre qu'elle de la classe G donc un peu moins grosse, chaude et lourde que le Soleil (G2 sur une échelle de 0 à 9)


Connaissant la masse de l'étoile et ces fameux 290 jours, on peut calculer la distance entre Kepler 22 et Kepler 22-b.

Grâce à quoi ? Les lois de Kepler pardi! T² / a^3 = constante: pour tout ce qui tourne autour de Kepler 22.

Lorsqu'elle transite devant son étoile (qu'elle fait donc une mini éclipse), on obtient des indications sur l'atmosphère de la planète car elle absorbe certaines radiations.

On sait donc un peu de quoi est faite son atmosphère.

Connaissant sa distance à son soleil et la chute de luminosité qu'elle provoque en passant devant elle, on peut calculer sa taille.

2°) Et deuxièmement, la planète Kepler 22-b est probablement 2,4 fois plus grosse que la Terre ce qui laisse penser qu'elle est en fait gazeuse et non rocheuse. Ou alors recouverte d'un immense océan.

Pas si grave quand même car si le cycle de l'eau est présent, il est tout à fait possible que de la vie y ait fait son apparition, même dans une planète gazeuse ou liquide.

Certains imaginent (on ne peut faire que ça pour le moment) des sortes de méduses ou des raies volantes, parcourant l'atmosphère à la recherche de protéines ou que sais-je d'autre à se mettre sous "la dent".

L'essentiel serait qu'une forme de vie y soit présente et qu'on en ait un jour prochain la confirmation.

Voir l'article de Ciel et Espace consacré à Kepler 22b
.

4 commentaires:

Unknown a dit…

DECOUVERTE DE L’EXOPLANETE KEPLER 22B UNE SŒUR JUMELLE DE LA TERRE
En 2011 les chercheurs et ingénieurs de la NASA ont découvert un Système Planétaire situé à 620 al (distance D) de notre Système Solaire grâce au Télescope Spatial KEPLER lancé en 2009 depuis les USA par la NASA, ainsi le système planétaire a été surnommé KEPLER pour faire hommage au Télescope Spatial et surtout à l’Astrophysicien Johannes Kepler né en 1571 et décédé en 1630, les 620 al sont la distance du Centre d’Inertie de notre Soleil au Centre d’Inertie de l’Etoile du Système Planétaire Kepler. Dans la zone habitable de Kepler se trouve une exoplanète tellurique très semblable à notre Terre baptisée Kepler 22b par les scientifiques, son rayon est 2,38 fois plus grand que le rayon de la Terre, ce qui veut dire que son volume est 13,48 fois plus important. (V = 4PI.R^3/3) avec PI = 3,141592654. Kepler 22b est une exoplanète où la couleur bleue prédomine de petites tâches blanches, elle se situe dans la zone habitable de son étoile, elle est suffisamment éloignée pour éviter que l’eau soit vaporisée et éjectée vers l’espace et suffisamment proche pour que l’eau ne s’y trouve pas à l’état solide sur toute la planète. Pour atteindre Kepler 22b il faudrait 620 années à un vaisseau spatial se déplaçant à la vitesse de la lumière, ce qui est hors de notre portée scientifiquement et techniquement parlant.
D = 620 al
D = 620 X 365 X 24 X 3600 X 300.000.000 mètres soient 5,87 E15 km
Kepler-22b est donc une exoplanète en orbite autour de Kepler-22, une étoile de la séquence principale et de type spectral G5, semblable au Soleil mais de métallicité moitié moindre elle se situe dans la constellation du Cygne. Il s'agit de la première planète découverte par le télescope spatial Kepler dans la zone habitable d'une naine jaune, La composition de l'atmosphère joue aussi sur la distance D: une atmosphère chargée en gaz à effet de serre et donc réchauffée peut maintenir l'eau à l'état liquide, même si la planète est plus éloignée de son étoile. La probabilité de trouver sur Kepler 22b de la vie organique est élevée, dommage qu’elle soit tant éloignée de la Terre. Dans le pavé de texte à caractère scientifique THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI, il est écrit qu’il y a eu dans le passé une infinité de Big Bang suffisamment espacés pour éviter toute interférence entre 2 galaxies issues de Big Bang différents et dans le futur, il y aura une infinité de Big Bang avec les mêmes caractéristiques que le passé. Ainsi, l’Univers est infini dans les sens du terme, infinité de Big Bang, infinité de Galaxies, infinité d’Etoiles, infinité d’Exoplanètes du type tellurique, infinité de Géantes Gazeuses, mais aussi infinité de Trous Noirs………



Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti



amocchetti a dit…

PRINCIPE FONDAMENTAL RELATIF AUX UNIVERS PARALLELES.
Pour commencer, il y a lieu de définir ce que sont les Univers Parallèles. Ils sont le fruit des Bing Bangs qui ont eu lieu dans le passé et de ceux qui vont se produire dans le futur. Pour plus d’informations se reporter à la rubrique THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI visible sur Google en tapant alainmocchetti@sfr.fr dans le moteur de recherche ou sur le mur du Journal Facebook de DAVID MOCCHETTI.
Enoncé du Principe Fondamental relatif aux Univers Parallèles :
Dans les Univers Parallèles tout NAIT, tout VIT et tout MEURT. Cela concerne la Vie Organique sous toutes ses formes, la Vie Sous Autre Forme, la Vie Végétale, les Etoiles, les Exoplanètes comme la Terre, les Géantes Gazeuses, les Trous Noirs, les Comètes. Dans 100 milliards d’années que restera t il de la Voie Lactée et des Galaxies avoisinantes ? Toutes les Etoiles réduites à l’état de Naines Blanches n’émettront plus faute de carburant de lumière. La Voie Lactée ne sera qu’un amas de planètes mortes pour ce qui concerne les Planètes Telluriques et les Géantes Gazeuses dont seul le noyau dur subsistera. La Température sera de ZERO degré Kelvin, le ZERO ABSOLU OU LA VIE NE PEUT FOISONNER Pour information 0 degré Kelvin = - 273 degrés Celcius qui est la température la plus basse existant dans les Univers Parallèles. Il est impossible de trouver plus bas. Nous sommes amenés inéluctablement à dire QU’IL N’EXISTE PAS DE VIE APRES LA VIE, ce qui reste à démontrer et personnellement je suis envieux d’espérer UNE VIE APRES LA VIE pour ce qui concerne la Vie Organique et la Vie Sous Autre Forme au minimum.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti

amocchetti a dit…

THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI
L’espace temps est un système mathématique d’ordre 4 (espace : 3 dimensions, temps : 1 dimension). On va se limiter à l’espace-temps tel que l’homme le connaît, donc on fait abstraction des mondes dits parallèles, des trous de ver, des trous noirs, des courbures dans l’espace-temps et de tout autre phénomène physique non expliqué jusqu’à aujourd’hui. En commençant par le temps t, il est infini autant vers le passé que vers le futur, il suffit pour cela d’opérer un raisonnement par récurrence. Quant à un espace à 3 dimensions, on distingue l’infiniment petit de l’infiniment grand. Nos connaissances actuelles dans la Science nous font dire que l’Univers tel qu’on le connaît est issu d’un seul bing-bang. Et bien non, dans le passé il y a eu une infinité de bing bangs suffisamment espacés géographiquement parlant pour éviter toutes interférences entre des galaxies issues de bings-bangs différents et dans le futur, il y aura aussi une infinité de bings-bangs avec les mêmes caractéristiques que le passé, l'Univers est infini dans tous les sens du terme. Il y a une infinité de galaxie, une infinité d’étoiles, une infinité d’exoplanètes dites telluriques et une infinité de planètes gazeuses. Le nombre de système planétaire est infini. Par récurrence, on démontre qu’il y a de la vie organique et de la vie sous autres formes sur une infinité d’exoplanètes. La distance qui sépare deux planètes telluriques habitées peut être cyclopéenne mais peut-être moindre (planètes habitées proches l'une de l'autre), les vitesses des vaisseaux spatiaux actuels (ORION) nécessitent des centaines de milliers d’années pour atteindre la première exoplanète présumée habitée de la Terre. Les scientifiques vont devoir mettre au point l’hibernation qui nécessitera des dizaines de siécles de recherche scientifique pour espérer aller sur l’exoplanète habitée la plus proche de notre système solaire. D’autre part, il va falloir dans des millénaires voyager à la vitesse de la lumière et d'avantage ce qui est impossible aux vues des équations de la mécanique relativiste d’Einstein. Pourvu qu’Albert Einstein se soit trompé dans ses très complexes équations.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti

amocchetti a dit…

IL EXISTE UNE INFINITE DE PLANETES HABITEES PAR DE LA VIE ORGANIQUE - DEMONSTRATION PAR RECURRENCE
Qu’est un raisonnement par récurrence ? Le raisonnement par récurrence établit une propriété importante des entiers naturels : celle d'être construits à partir de 0 en itérant le passage au successeur. Dans une présentation axiomatique des entiers naturels, il est directement formalisé par un axiome. Moyennant certaines propriétés des entiers naturels, il est équivalent à d'autres propriétés de ceux-ci, en particulier l'existence d'un minimum à tout ensemble non vide (bon ordre), ce qui permet donc une axiomatisation alternative reposant sur cette propriété. Certaines formes de ce raisonnement se généralisent d'ailleurs naturellement à tous les bons ordres infinis (pas seulement celui sur les entiers naturels), on parle alors de récurrence transfinie, ou de récurrence ordinale (tout bon ordre est isomorphe à un ordinal), le terme d’induction est aussi souvent utilisé dans ce contexte. Le raisonnement par récurrence peut se généraliser enfin aux relations bien fondées. Dans certains contextes, en logique mathématique ou en informatique, pour des structures de nature arborescente ou ayant trait aux termes du langage formel sous-jacent, on parle de récurrence structurelle. On parle communément de récurrence dans un contexte lié mais différent, celui des définitions par récurrence de suites (ou d'opérations) à argument entier. Si l'unicité de telles suites se démontre bien par récurrence, leur existence, qui est le plus souvent tacitement admise dans le secondaire, voire les premières années universitaires, repose sur un principe différent. Si vous désirez vous spécialiser dans la Formulation par Récurrence, acheter un ou des Manuels de Mathématiques niveau Terminale S. Autrefois la Formulation par Récurrence était enseignée en Terminale C et en Terminale E.
Démontrons présentement que l’Univers comprend une infinité de Planètes Telluriques ou Exoplanètes qui abritent de la Vie Organique à l’aide de la THEORIE SUR L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI :
- Formulation indice 0 : la Terre est la 3ème Planète Tellurique du Système Solaire, la Vie sous Forme Organique foisonne sur la Planète Bleue, formulation qui est vraie,
- Formulation indice 1 : la Planète Kepler 22B du Système Planétaire Kepler abrite également de la Vie Organique, formulation vraie avec un taux de probabilité de 0.9999999999, Kepler 22B est située à 620 al (année-lumière), l’eau à l’état liquide occupe presque la totalité de l’Exoplanète et Kepler 22B abrite à l’instar de la Terre de la Vie Organique sous des centaines de milliers de formes différentes,
- Formulation indice n : une n ème exoplanète abrite de la Vie Organique, considérons cette formulation vraie,
- Formulation indice (n+1) : une (n+1) ème exoplanète abrite de la Vie Organique, formulation qui est forcément vraie au vu de LA THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI. Nous venons de démontrer que l’Univers comprend une infinité de Planètes Telluriques ou Exoplanètes qui abritent pour chacune d’entre elles, de la Vie Organique.
Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne connaissons pas encore d’Exoplanètes ou de Géantes Gazeuses qui abritent de la VIE SOUS AUTRE FORME, dès que nous aurons localisé 2 Planètes habitées par de la VIE SOUS AUTRE FORME, il suffira de faire un Raisonnement par Récurrence pour démonter qu’il existe une infinité de Planètes dans l’Univers qui abritent de la VIE SOUS AUTRE FORME. Suite dans une prochaine rubrique THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti