mercredi 3 septembre 2014

La comète Siding Spring C2013 A1 va frôler Mars en octobre

Le 19 octobre prochain, la comète C/2013 A1 Siding Spring passera tout près de la planète Mars.


Aux premiers calculs de janvier 2013, on pensait même qu'elle allait carrément s'écraser dessus. Finalement, on sait aujourd'hui qu'elle passera à 132 000 km de la planète rouge. Cela peut paraître beaucoup, mais ce n'est en fait que le tiers de la distance Terre-Lune et donc, rapporté à l'échelle de l'espace, on peut dire qu'elle passera vraiment à un cheveu de Mars.

Au centre du cube: Mars et ses satellites naturels Phobos et Deimos


Image faite par le logiciel celestia
Source: 


C'est d'ailleurs tellement proche que la queue de la comète, faite de poussières, de petits cailloux et de cristaux de glace, viendra en balayer la faible atmosphère à la vertigineuse vitesse de 57 kilomètres par seconde.

Ce qui fait quand même l'équivalent de Mach 178, et ce pour un objet de quelques kilomètres de diamètre.

Cela produira sur Mars des pluies d'étoiles filantes, des chutes de météorites, probablement des nouveaux petits cratères d'impact, peut être même des tempêtes et orages martiens, et certainement un obscurcissement général.

Et ce, pendant plus d'un mois après son passage près de la planète rouge.


L'événement est tel que la NASA et l'ESA craignent pour leurs sondes respectives qui se trouvent dans la zone, qu'elles soient en orbite studieuse autour de Mars (Mars express de l'ESA, Mars Odyssey ou Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la Nasa) ou sur le sol en train de circuler et forer (Curiosity, Opportunity de la NASA).

Même si le risque réel pour les sondes a récemment été revu à la baisse, cet assombrissement général impliquera quoiqu'il arrive un peu moins d'énergie pour ces sondes, qui sont alimentées par des panneaux solaires.


On attend pourtant d'elles qu'elles scrutent efficacement  le ciel à ce moment là afin de nous faire parvenir le maximum d'informations lors de cet exceptionnel rapprochement.

Elles ont toutes reçues leur "plan de vol" pour l'occasion, comme indiqué sur le site planetary.org:
http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2014/08131401-mars-orbiters-siding-spring.html

A noter que la fameuse sonde européenne Rosetta avait frôlé avec succès Mars en 2007 pour une accélération gravitationnelle en vue de sa rencontre exceptionnelle de novembre prochain avec une autre comète désormais célèbre: Chury. Elle n'est pas concernée par ce phénomène-ci, mais fera parler d'elle d'ici novembre prochain avec son atterrisseur Philae.



En attendant, la comète C/2013 A1 Siding Spring (du nom de l'observatoire australien qui l'a découverte en janvier 2013, et qui a failli brûler par de terribles incendies quelques jours plus tard...) vient de passer dans le ciel tout près d'un autre objet remarquable, le petit nuage de Magellan.

La comète C/2013 A1 passant (de façon apparente) entre le petit nuage de Magellan 
et deux amas globulaires (des agglomérations d'étoiles)

Ce "nuage", uniquement visible depuis l'hémisphère sud et que l'on connait bien à Tahiti, est en fait une petite galaxie très voisine de la Voie Lactée, à "seulement" 200 000 années lumière, alors que la première grande galaxie voisine est celle d'Andromède, dix fois plus lointaine.

Les photons montrant cette galaxie naine sur la photo ci-dessus ont donc été émis à une époque où l'homme moderne, l'homo sapiens, faisait juste son apparition en Afrique. Alors que pour les images actuelles de la belle galaxie d'Andromède, les photons sont partis quand les tout premiers hominidés sont apparus...



La comète C/2013 A1 est, elle, beaucoup plus proche: quelques centaines de millions de km, et sa lumière ne met que quelques dizaines de minutes pour nous atteindre.

La même région du ciel, mais sans la comète


La trajectoire de la comète est la suivante:


... et on remarque que:

*  la Terre n'est pas non plus directement concernée par le phénomène, ni avant ni après le rapprochement de C/2013 A1 avec Mars, prévu le 19 mars 2014 à 18h28 TU.

* ce dernier correspond pratiquement au périhélie de la comète (le point de son orbite le plus proche du Soleil) et que son activité sera donc maximale à moment là (25 octobre 2014)

Normalement, tout cela ne devrait pas trop perturber le fameux menhir de Mars, récemment découvert par la sonde MRO et repéré par son ombre.


Tout comme pour le passage suivant de la comète qui, si elle survit au périhélie du 25 octobre prochain ( ce qui est très probable), devrait se dérouler dans plusieurs millions d'années.

En gros, elle vient de très loin (du Nuage de Oort, 50 fois plus éloigné que Pluton), et elle y retourne, tranquillement.



Où se trouve la comète actuellement ?

Aujourd'hui, elle se trouve dans la constellation de l'Octant, proche du Toucan, et, en frolant la queue du Scorpion fin septembre, elle se dirige vers le Sagittaire où elle rencontrera donc Mars ce 19 octobre prochain.



Son éclat est actuellement très faible mais il augmentera jusqu'au périhélie et elle devrait devenir visible à l'oeil nu à ce moment là. Magnitude 0 au maximum de l'éclat.

Ou regarder ? Dans le Sagittaire, à côté de Mars, forcément.



Et Mars pendant ce temps là?

 Pour observer les paysages martiens en direct (images webcam HD de la sonde Curiosity):
http://webcamsdumonde.blogspot.com/p/la-planete-mars.html


Remarque: les photos en couleur des paysages martiens de l'article sont d 'Olivier de Goursac, spécialiste mondial de la planète Mars.


Aucun commentaire: