jeudi 3 juillet 2014

Le ciel étoilé de juillet 2014

L'été est enfin là, et si la météo est clémente, ce sera le moment de passer quelques soirées à observer le ciel et les étoiles. A l'oeil nu pour certains. Avec des jumelles ou un télescope pour d'autres.

Le système solaire en juillet 2014

Si l'on pouvait se promener dans l'espace et observer le système solaire "d'en haut", voici ce que l'on verrait en ce mois de juillet 2014:


Vue du système solaire: les planètes tournent ici dans le sens contraire 
des aiguilles d'une montre. 
La taille des planètes n'est pas à l'échelle des distances.


La Terre a dépassé Mars et continue de s'en éloigner.

Jupiter est à l'opposé et, située sur un axe trop proche du Soleil, est impossible à observer depuis la Terre pour le moment.

Saturne est encore visible, et semble pas très loin de Mars dans le ciel car presque sur le même axe.

Si l'on s'éloigne un peu plus, on voit que la Terre est en bonne position pour les planètes lointaines.



On peut sortir le télescope et tenter d'observer Uranus, Neptune ou pourquoi pas Pluton (gros télescope de 400mm nécessaire pour cette dernière).

Dans un 200 ou 300mm, Uranus est visible comme une petite bille verte, Neptune comme un point bleu. Et Pluton comme un minuscule point blanc pratiquement visible qu'en photographie.

En mi- juillet hélas, la Lune sera gibbeuse, donc assez lumineuse et risque de gâcher un peu les observations. Il faudra donc décaler ses observations de quelques jours avant ou d'une bonne semaine après la mi-juillet pour les planètes lointaines.


Et le ciel vu depuis la Terre ?

Le voici pour Raiatea le 15 juillet 2014 à 20h



Voici tout le ciel d'un coup, comme si on était allongé par terre, 
la tête tournée vers lui.

Le grand cercle blanc est l'horizon entier et le centre du cercle, vers Saturne, c'est le zénith.

En bas, en vert, vers le pôle sud et la croix du Sud, c'est le petit nuage de Magellan qui se lève.
En fait, c'est une petite galaxie située à 250 000 années-lumière (on la voit donc comme elle était il y a 250 000 ans), une des rares galaxies avec Andromède et le grand nuage de Magellan, qui sont visibles à l'oeil nu.

On voit bien que Saturne et Mars semblent proches dans le ciel, entre la constellation de la balance et celle de la Vierge.

Pour les repérer, c'est facile: contrairement aux étoiles, elles ne clignotent pas, elles brillent au contraire de façon continue et assez fortement, et Mars a une couleur bien orangée.

Les zones rouges sont des nébuleuses (gigantesques nuages de poussières stellaires) et les spirales bleues des galaxies (visibles au télescope ou avec des bonnes jumelles dans un ciel bien noir)


En Polynésie vers 1h du matin, mi-juillet. Le Grand Nuage de Magellan s'est levé, et Saturne va bientôt se coucher, comme vient de le faire Mars.

A noter le fameux triangle d'été, formé par Deneb (Cygne), Vega (Lyre) et Altair (Aigle)






Voici maintenant le ciel pour la France (Angers) à 22h, puis 1h du matin




A 22h, Saturne et Mars sont toujours proches l'une de l'autre, mais bien plus bas sur l'horizon, tout comme la constellation du Scorpion, jamais bien haute dans le ciel d'Europe.

En haut, vers la petite ourse (invisible en Polynésie), on voit le pôle nord céleste, tout proche de l'étoile polaire (d'où son nom!)

A 1h du matin, Mars est couchée et Saturne va bientôt le faire. De l'autre côté à l'Est, Uranus et Neptune se sont levées, accompagnées par une lune gibbeuse belle à regarder, mais gênante pour l'observation des autres astres.




En ce moment, un astre très lumineux illumine le ciel du matin, vers l'Est, peu avant le lever du jour (A Tahiti, Raiatea, en France, ou partout ailleurs).

Cet astre, c'est Vénus, la deuxième planète en partant du Soleil, actuellement dans le Taureau.




Sur Vénus, il fait 500°C et il y pleut de l'acide sulfurique. C'est un monde infernal où l'effet de serre naturel s'est emballé et où seules les sondes russes Venera ont pu se poser et faire quelques photos avant de griller.



D'autres photos de Vénus par les sondes Venera ici.





Sur la droite de Vénus: la fameuse constellation d'Orion et ses trois étoiles alignées qui, par prolongement, permettent de trouver l'amas des Pléïades d'un côté, et la brillante étoile Sirius de l'autre.

Aucun commentaire: